Déchirure, élongation, contracture… comment les reconnaître ?

Image d'illustration

Crampe, élongation, contracture ou claquage ? Nos astuces pour reconnaître les petites ou grosses blessures du sportif.

Une blessure dûe au sport, c’est relativement fréquent. Mais comment différencier une crampe d’une déchirure, une contracture d’une élongation ? On vous dit tout.

La crampe :

Relativement bénigne, la crampe peut survenir pendant l’effort mais aussi après. Douleur brève mais intense, elle trouve souvent sa cause dans le manque d’hydratation, trop d’acide lactique dans le muscle, une carence en minéraux ou encore un état de fatigue prolongé. Elle cesse généralement avec l’arrêt de l’activité et des étirements.

La contracture :

Elle se caractérise par une contraction prolongée du muscle, qui se raccourcit et occasionne des douleurs prolongées. Elle survient en cas d’effort inhabituel, trop important ou trop intense. On la reconnaît à l’aspect dur et contracté de la zone douloureuse. L’application de chaleur, des massages et une consultation chez votre ostéopathe permettront de la traiter.

L’élongation :

Difficile à distinguer de la contracture, l’élongation se différencie de cette dernière par l’allongement des fibres musculaires suite à un étirement trop intense. Une élongation entraine des micro lésions des tissus mais pas de déchirure profonde.

Une consultation avec échographie permettra de la mettre en évidence. Le remède ? Du repos et un traitement adapté.

La déchirure :

Appelée aussi claquage, elle désigne la rupture des fibres du muscle. Les signes : une forte douleur qui ne passe pas à l’étirement ou au massage, la formation d’un oedème et d’un hématome dans les heures ou jours qui suivent. Plus grave que les précédentes, elle nécessitera obligatoirement une mise au repos prolongée et un suivi médical. Dans les cas les plus sévères, il faudra envisager une opération.

Ces blessures sont à différencier des courbatures, qui surviennent à froid et peuvent être évitées avec quelques astuces anti courbatures.

Bien évidemment, nos conseils ne remplacent pas l’avis d’un professionnel. En cas de blessure, consultez votre praticien.